Objectif et impartial depuis 2001 

Évaluation du pneu Firestone WeatherGrip

Un véritable quatre saisons?

L’arrivée depuis plusieurs années de pneus quatre saisons nous portait à croire qu’un seul jeu de pneus pouvait suffire pour affronter toutes les conditions météorologiques que vit le Québec. Cette illusion fut d’une certaine durée puisque la nécessité de chausser de bons pneus d’hiver nous a tous rattrapés assez rapidement. Le Québec exige maintenant que tous les véhicules immatriculés sur son territoire soient équipés de pneus d’hiver homologués de décembre à mars. Voilà que Firestone et certains autres manufacturiers nous proposent des pneus quatre saison homologués pour l’hiver. Trop beau pour être vrai?

 

  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08

Un véritable quatre saisons?

L’arrivée depuis plusieurs années de pneus quatre saisons nous portait à croire qu’un seul jeu de pneus pouvait suffire pour affronter toutes les conditions météorologiques que vit le Québec. Cette illusion fut d’une certaine durée puisque la nécessité de chausser de bons pneus d’hiver nous a tous rattrapés assez rapidement. Le Québec exige maintenant que tous les véhicules immatriculés sur son territoire soient équipés de pneus d’hiver homologués de décembre à mars. Voilà que Firestone et certains autres manufacturiers nous proposent des pneus quatre saison homologués pour l’hiver. Trop beau pour être vrai?

 

  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08

Les plus et les moins

 Essai-auto a aimé :

  • Cote d’usure impressionnante
  • Silence et douceur de roulement assurés
  • Affronte bien la poudreuse
  • Efficace sur la neige durcie
  • Un bon pneu d’hiver, pas parmi les meilleurs mais efficace au quotidien

Essai-auto a moins aimé :

  • Pas à la hauteur d’un pneu d’hiver de haut de gamme sur la glace
  • Devient très ferme par très grands froids
  • Lâche prise assez rapidement sur le sec
  • Pourrait faire mieux dans la neige fondue

 

Conception

Firestone ne promet pas de rivaliser avec les meilleurs pneus d’hiver mais propose une alternative économique qui se résume à utiliser qu’un seul jeu de pneus à l’année durant dans des zones climatiques dites modérées. Donc pas pour la Côte-nord ni l’Abitibi-Témiscamingue mais acceptable en zones urbaines du sud de la province.

À première vue la semelle du WeatherGrip ressemble beaucoup plus à celle d’un pneu d’hiver qu`à un pneu quatre saisons courant non homologué pour l’hiver. Firestone utilise une gomme souple à dessin unidirectionnel dotée de sa technologie Hydro-Grip pour assurer une meilleure résistance à l’aquaplanage et les blocs des parois extérieures de la semelle aident lors de freinages appuyés. Les canaux d’évacuation du centre de la semelle servent à bien évacuer l’eau et les multiples lamelles latérales entrent en jeu pour bien camper le pneu sur des surfaces enneigées et glacées. Le WeatherGrip n'invente rien mais utilise les dernières avancées pour concocter un pneu qui devrait suffire à un grand nombre d’utilisateurs.

 

Sur la route

D’entrée de jeu l’idée d’affronter l’hiver avec un jeu de pneus quatre saisons, aussi homologués hiver fussent- ils ne me faisait pas trépigner de joie. Changements climatiques et cocktails météo annoncés nous promettaient une saison difficile et un réseau routier malmené. Les mois de novembre, décembre et les premières semaines de janvier bien que loin d’être apocalyptiques auront eu le mérite de nous offrir plusieurs conditions météorologiques pour bien jauger ce nouveau Firestone WeatherGrip. Alors qu’en est-il au juste de ce pneu quatre saisons théoriquement capable d’affronter un hiver du sud du Québec?

Lors d’un essai ou de l’évaluation d’un pneu il faut départir les qualités intrinsèques de la voiture, de ses aides à la conduite et du pneu en question. L’évaluation des performances du WeatherGrip de Firestone qui suit a été faite sur un jeu de pneus monté sur une BMW 330i Xdrive sans aucune aide à la conduite activée lors des essais afin de départager le talent de la voiture à celui des pneus.  Pour l’évaluation au quotidien nous avons utilisé la voiture en mode normal ou en mode sport avec toute la panoplie de systèmes de sécurité active et passive activés.

Alors procédons en ordre chronologique en débutant à la mi-novembre lors de conditions météorologiques normales avec des températures majoritairement au-dessus du point de congélation le jour. Dans ces circonstances le WeatherGrip exhibe un comportement très neutre en conduite normale et son silence de roulement est appréciable. Sa construction aux flancs souples aide grandement à son confort sur des surface moins qu’optimales. Bref un pneu silencieux, confortable et bien adapté à ce type de conditions. Le WeatherGrip n’a aucune prétention sportive et ses performances sur le sec sont plutôt ordinaires. Le pneu lâche prise assez tôt en virage appuyé et sa construction souple rend la direction vague. Début décembre nous a apporté une bordée de belle poudreuse qui nous a permis de constater que le WeatherGrip adore ce genre de surface. Stable en virage, franc en accélération et plutôt performant en freinage, le pneu est tout-à-fait à la hauteur dans de telles conditions. Quelques jours plus tard le verglas et la neige fondue ont fait leur apparition et notre Firestone a peiné à gérer la glace où ses distances de freinage se sont dramatiquement allongées. La neige fondue, notre célèbre slush, a plutôt décontenancé le pneu à tel point qu’il fallait à tout prix activer le contrôle de la stabilité pour affronter la moindre pente. Avec le couvre-feu du 30 décembre et les sombres journées du début de janvier sont apparus les premiers grands froids de l’hiver. À l’écriture de ce texte le mercure affiche un -30C bien senti depuis plus de deux jours. À ces températures le Firestone devient beaucoup plus rigide et sa semelle moins efficace à générer quelque traction que ce soit. Les distances de freinage sur surfaces à moins 30C font intervenir l’ABS à la moindre sollicitation mais les accélérations sont toujours bien senties. Il faut être prudent en virage puisque les flancs ayant perdu leur souplesse les dérapages sont plus fréquents et nuisent au confort en roulant un peu « carré » lors des premier kilomètres parcourus.

 

Conclusion

On peut donc affirmer que le WeatherGrip de Firestone a réussi à affronter les conditions météorologiques associées à nos automnes et hivers québécois, du moins au sud du Québec, de façon acceptable. Pas à la hauteur de pneus d’hiver de haut de gamme lors de températures extrêmes mais pas loin derrière dans la plupart des autres circonstances. Afin de bien conclure notre essai de ce pneu nous allons poursuivre l’expérience au printemps et une partie de l’été pour bien évaluer son rendement lors de températures plus chaudes. Cela nous permettra aussi de juger de son usure dans de telles conditions puisque Firestone lui confère une cote d’usure de 640 associée à une garantie de 105 000 km.

Mots-clés: 4 saisons, pneu hiver